L’anguille européenne, Anguilla anguilla, est une espèce emblématique en Europe. Elle est présente de la Norvège jusqu’aux côtes nord-Africaines. Cette espèce est exploitée par l’homme depuis plusieurs siècles, cependant, un fort déclin de son stock sur l’ensemble de son aire de répartition a été observé depuis les années 80. En 2007, l’union européenne a publié un règlement qui contraint chaque état membre à mettre en œuvre un plan de gestion pour la restauration de son stock. L’objectif à long terme de ce plan est d’atteindre un taux d’échappement des anguilles argentées (futurs géniteurs) vers la mer d’au moins 40% de celui existant avant tout impact anthropique.

A l’échelle du territoire français, les lagunes méditerranéennes sont un écosystème particulièrement important pour les populations d’anguilles européennes en permettant notamment une production accélérée de géniteurs (ou anguilles argentées). Cependant, et malgré cette importance reconnue, très peu de données quantitatives sur les arrivées (ou recrutement) des civelles dans les lagunes méditerranéennes et les retours d’anguilles argentées vers la mer depuis ces mêmes lagunes (échappement) sont disponibles. Afin de combler ces lacunes, nous proposons d’évaluer les flux de recrutement et d’échappement des anguilles par la mise en place, sur la lagune atelier de Bages-Sigean, de dispositifs de suivis automatisés et continus. Ces suivis sont réalisés quotidiennement pendant la première année du projet pour identifier les périodes principales de recrutement et d’échappement, périodes durant lesquelles se focaliseront les dits suivis les deux années suivantes. Le suivi de l’échappement s’effectue à l’aide d’un sonar multifaisceaux ARIS et le suivi du recrutement à l’aide de différents types de pièges spécifiques aux civelles. Ces deux dispositifs, associés à la relève des paramètres environnementaux (débit, température, salinité, turbidité, direction et force du courant et du vent), permettront d’obtenir des données inédites sur la dynamique du recrutement et de l’échappement (périodicité et abondance) des anguilles et identifier leurs déterminismes (facteurs moteurs de l’environnement). La réalisation des deux suivis sur la même lagune devrait permettre à long terme de relier le nombre d’anguilles s’échappant vers la mer à celui des civelles ayant recrutées les années précédentes. Ce type de données, très rare au niveau national (et inexistant au niveau du bassin méditerranéen), devrait permettre de mieux comprendre l’effet des facteurs environnementaux et des pressions anthropiques sur l’échappement et ainsi potentiellement de prédire, selon les années, les niveaux d’échappement.

Equipe projet : Elsa Amilhat, Elisabeth Faliex, François Bourrin, Gaël Simon, Raphaël Lagarde, Jason Peyre, François Prellwitz, Romain Crec'hirou, Christophe Menniti & Tom Laffleur

Contact : mail. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.; tel. 04 68 66 21 86

illustration flux

Informations supplémentaires