En cours

CHIFRE (2017-2019). « Coastal High Frequency Response to Extreme Events, storms and floods ». EC2CO DRIL INSU CNRS. Dans un contexte de changements globaux, l’impact des évènements extrêmes, crues et tempêtes, sur les écosystèmes côtiers est investigué pour le cas du golfe du Lion. La réponse rapide (quelques heures à quelques jours) du milieu marin côtier est observée grâce à 5 stations côtières automatiques de mesures, SOLA Banyuls, POEM Perpignan, BESSète, MESURHO à l’embouchure du Rhône et SOLEMIO Marseille. L’objectif principal de ce projet est de rendre compte de la variabilité de la réponse Haute Fréquence (HF) à l’échelle d’une même zone côtière. Pour ce faire, le milieu marin côtier est caractérisé par la mesure de variables physico-chimiques que l’on est capable de mesurer à haute fréquence, la Température, la Salinité, la concentration en Oxygène Dissous, la Fluorescence et la Turbidité. Ces mesures sont réalisées en continu sur une période de deux ans (juin 2017-juin 2019), à haute fréquence (périodicité < 1h) et en subsurface (3 m). Pour bien appréhender cette variabilité à l’échelle de l’ensemble du golfe du Lion pour les mêmes épisodes hydro-météorologiques (tempêtes et/ou crues), d’autres mesures complémentaires et un modèle numérique sont ainsi mis en œuvre. Des mesures Basse Fréquence (BF en référence à la HF) viennent appuyer le projet. Il s’agit tout d’abord des mesures bi-mensuelles du réseau SOMLIT sur trois sites, Banyuls, Sète et Marseille et il est proposé d’étendre les mesures BF aux deux sites hors SOMLIT (POEM et MESURHO). Des mesures BF spécifiques après évènements seront également réalisées. Ces mesures BF permettront de calibrer, valider et/ou mieux analyser les mesures HF. La variabilité spatiale sera appréhendée par images satellitaires et par des moyens à la mer complémentaires envisagés dans le cadre du programme Mermex et de l’ANR « Transferts et Transformation de la Matière en zone côtière » dont le projet CHIFRE peut être considéré comme préparatoire. Enfin, la modélisation numérique sera aussi utilisée dans le projet en étroite connexion aux observations permettant ainsi une meilleure description d’évènements extrêmes passés ou observés durant la période du projet.
Chercheurs impliqués: Yann Leredde, GM, Montpellier (PI); Pascal Conan, OOB, Banyuls sur Mer; Behzad Mostajir, Francesca Vidussi, MARBEC, Montpellier.

carte stations modis

HYDRO-USHUAIA (2017-2020). « Dynamique des particules dans le chenal de Beagle et la baie d’Ushuaia ». La ville d’Ushuaia est située au fond d’une baie, qui est étroitement connectée au canal de Beagle. Avec ses 100 000 habitants, une activité industrielle, un trafic maritime intense, et le fait que les effluents urbains et industriels sont rejetés dans la baie sans aucun traitement, la baie d’Ushuaia est un site très anthropisé où sont observés des événements d’hypoxie. En l’absence de données adéquates, l’étude simultanée de l’hydrologie, de la nature des particules en suspension, de la courantologie et du transport particulaire dans la baie d’Ushuaia et le canal de Beagle apparaît comme une priorité pour mieux appréhender le devenir des rejets en matière particulaire de la ville d’Ushuaia et des fleuves locaux et leur impact sur l’hydrologie et la turbidité des eaux de la baie. Les objectifs de ce projet sont donc de mettre en place, en collaboration avec un collègue (Jacobo Martìn) du Centre Austral d’Étude Scientifique (CADIC-CONICET) d’Ushuaia, une reconnaissance saisonnière des conditions hydrologiques et courantologiques dans la baie d’Ushuaia et le Canal de Beagle, afin de mieux documenter et comprendre les caractéristiques et la dynamique des masses d’eaux et du matériel particulaire d’origines diverses (apports fluviaux, rejets urbains, érosion du sédiment) dans cette zone.
Chercheurs impliqués: Xavier Durrieu de Madron, CEFREM (co-PI), Jacobo Martin, CADIC-CONICET, Ushuaia.

ushuaia

METPAG (2019-2020). « MEsures de la Taille des PArticules à l’aide de Gliders ». EC2CO DRILL, INSU CNRS. La mesure de la concentration et de la taille des particules marines en suspension est un paramètre critique afin de mieux appréhender la dynamique sédimentaire, les flux de carbone, de polluants et de particules biologiques dans les zones côtières. Les méthodes traditionnelles pour observer la dynamique des matières en suspension comprennent les bouées, les mouillages et cages de fonds équipés de capteurs optiques et acoustiques. Ces systèmes de mesure sont idéals pour suivre la dynamique 1D des processus hydro-sédimentaires. Mais ceux-ci ne sont pas adaptés pour suivre la dynamique hydro-sédimentaire à l’échelle d’un plateau continental tel que le golfe du Lion. Ce projet a pour but d’intégrer un capteur de mesure directe de la taille des particules en suspension afin de mieux caractériser la dynamique des particules à l’échelle du golfe du Lion lors des évènements extrêmes. Cela vise notamment à mieux documenter le rôle de floculation sur la dynamique des particules et la variabilité spatio-temporelle des mécanismes de transfert côte-large.
Chercheurs impliqués : Travis Miles, Rutgers University, US ; Romaric Verney, IFREMER Brest ; David Doxaran, LOV, Villefranche sur Mer.

Capture du 2019 07 18 13 44 55

« opTicAl PropertIes of cOmplex optiCAl waters: comparison between Baltic and Mediterranean Sea ». (2019-2020). PHC grant Estonia – France. Programme de mobilité Hubert Curien Parrot.

Le programme TAPIOCA vise à mieux caractériser les particules en suspension au niveau des embouchures des fleuves de taille moyenne en Estonie et en France en utilisant des données in-situ et en les comparant avec des images satellites haute résolution. Les eaux de la mer baltique sont saumatres et riches en CDOM alors que les eaux de la mer Méditerranée sont salées eavec de faibles teneurs en matières en suspension. Dans le cadre de la thèse de Mirjam Randla (co-endacdrée), des algorithmes de traitement des données satellite seront développées sur les 2 sites (fleuve Parnü et Têt) afin de retrouver les concenrtrations en particles, CDOM et fluorescence de la Chl a.
Chercheurs impliqués: Martin Ligi, Kersti Kangro, Tartu Observatory, Estonia; Xavier Durrieu de Madron, CEFREM, France.

Capture du 2019 07 18 12 53 43

L’anguille européenne, Anguilla anguilla, est une espèce emblématique en Europe. Elle est présente de la Norvège jusqu’aux côtes nord-Africaines. Cette espèce est exploitée par l’homme depuis plusieurs siècles, cependant, un fort déclin de son stock sur l’ensemble de son aire de répartition a été observé depuis les années 80. En 2007, l’union européenne a publié un règlement qui contraint chaque état membre à mettre en œuvre un plan de gestion pour la restauration de son stock. L’objectif à long terme de ce plan est d’atteindre un taux d’échappement des anguilles argentées (futurs géniteurs) vers la mer d’au moins 40% de celui existant avant tout impact anthropique.

A l’échelle du territoire français, les lagunes méditerranéennes sont un écosystème particulièrement important pour les populations d’anguilles européennes en permettant notamment une production accélérée de géniteurs (ou anguilles argentées). Cependant, et malgré cette importance reconnue, très peu de données quantitatives sur les arrivées (ou recrutement) des civelles dans les lagunes méditerranéennes et les retours d’anguilles argentées vers la mer depuis ces mêmes lagunes (échappement) sont disponibles. Afin de combler ces lacunes, nous proposons d’évaluer les flux de recrutement et d’échappement des anguilles par la mise en place, sur la lagune atelier de Bages-Sigean, de dispositifs de suivis automatisés et continus. Ces suivis sont réalisés quotidiennement pendant la première année du projet pour identifier les périodes principales de recrutement et d’échappement, périodes durant lesquelles se focaliseront les dits suivis les deux années suivantes. Le suivi de l’échappement s’effectue à l’aide d’un sonar multifaisceaux ARIS et le suivi du recrutement à l’aide de différents types de pièges spécifiques aux civelles. Ces deux dispositifs, associés à la relève des paramètres environnementaux (débit, température, salinité, turbidité, direction et force du courant et du vent), permettront d’obtenir des données inédites sur la dynamique du recrutement et de l’échappement (périodicité et abondance) des anguilles et identifier leurs déterminismes (facteurs moteurs de l’environnement). La réalisation des deux suivis sur la même lagune devrait permettre à long terme de relier le nombre d’anguilles s’échappant vers la mer à celui des civelles ayant recrutées les années précédentes. Ce type de données, très rare au niveau national (et inexistant au niveau du bassin méditerranéen), devrait permettre de mieux comprendre l’effet des facteurs environnementaux et des pressions anthropiques sur l’échappement et ainsi potentiellement de prédire, selon les années, les niveaux d’échappement.

Equipe projet : Elsa Amilhat, Elisabeth Faliex, François Bourrin, Gaël Simon, Raphaël Lagarde, Jason Peyre, François Prellwitz, Romain Crec'hirou, Christophe Menniti & Tom Laffleur

Contact : mail. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.; tel. 04 68 66 21 86

illustration flux

Informations supplémentaires