Actualités

logoUPVDlogo cefrem ombreLogo PNMGL

 

EXPERIENCE SCIENTIFIQUE DE TRAÇAGE DE DECHETS

SUR LE LITTORAL ROUSSILLONAIS

 

SI VOUS AVEZ COLLECTÉ UN DECHET SUR LE LITTORAL MARIN DONT LE QR-CODE VOUS RENVOIE SUR CETTE PAGE INTERNET,MERCI DE NOUS ENVOYER PAR:

SMS (06-85-25-80-37)

OU EMAIL (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.):

 

- UNE PHOTO DU DECHET

- SON CODE (E-a ou b-1,2,3,...)

- LA DATE, L'HEURE ET LE LIEUX (précis) DE LA DECOUVERTE DE L'OBJET

                                                            

Responsables:

Philippe Kerhervé, Enseignant-chercheur en Océanologie au laboratoire CEFREM de l'Université de Perpignan

Marc Dumontier, Chargé de missions "Qualité de l'Eau", Parc naturel marin du golfe du Lion, Argelès-sur-mer.

Objectif de l'expérience:

Etudier le déplacement des déchets flottants de la source fluviale (fleuve Têt) vers le littoral marin des Pyrenées-Orientales.

Méthodologie:

1) 30 déchets récupérés le long des berges de la Têt et sur les plages de Canet-en-Roussillon sont sélectionnés afin de représenter les différentes catégories de déchets flottants et échoués.

2) Ces déchets sont marqués par plusieurs techniques:

            - codification interne et spécifique à chaque déchet

            - marquage visuel: coloration jaune fluo des déchets

            - lecture et information sur scotch jaune protégé:

"MANIP UNIV. PERPIGNAN - SMS AU 06-85-25-80-37 - MERCI"

            - lecture et information à partir d'un QR code (report sur cette page internet):

            - marquage par un tag RFID pour faciliter la collecte

3) Dépôt des déchets juste sur les berges de la Têt juste avant un évènement pluvieux significatif

4) Récupération des déchets sur le littoral et dans l'embouchure de la Têt après l'évènement pluvieux en s'aidant:

            - du marquage visuel (couleur jaune)

            - de l'émission RFID des tags (distance 20-30m max)

            - de l'aide des passants/promeneurs: par SMS, téléphone ou email à partir de la lecture du message ou du QR code.

P 20181023 172212

Le laboratoire CEFREM et le laboratoire LEPSA s'associent pour réaliser une mission scientifique, en partenariat avec l'association Hydrosphere Explo : pour la première fois, des enseignants-chercheurs vont plonger durant une semaine, dans le lac du Lanoux, situé dans les Pyrénées-Orientales. 

Lanoux1

https://www.univ-perp.fr/fr/menu/recherche/actualite-recherche/cefrem-expedition-scientifique-au-lanoux-plongee-en-eaux-profondes-92591.kjsp?RH=1398780159392

Le projet DEM’EAUX démarre !

Ce projet vise à mieux comprendre la problématique d’intrusion saline dans les nappes plio-quaternaire de la plaine du Roussillon, celles-ci alimentant 85% de la population des Pyrénées Orientales. Ces nappes sont donc une ressource précieuse et une meilleure compréhension de leur fonctionnement est primordiale.

Le CEFREM est impliqué dans 2 volets de ce projet: un volet transport de sédiment (au niveau de la Têt par François Bourrin, Wolfgang Ludwig et Florian Méslard) et un volet sismique marine (au large de Canet en Roussillon par Serge Berné et Marie-Aline Mauffrey).

Dans le cadre du projet, le forage DEM’MER, sur la commune de Canet en Roussillon, vient de démarrer début Mars. Profond d’environ 250m, ce forage proche du littoral, couplé notamment à la sismique permettra la réalisation d’un modèle stratigraphique plio-quaternaire du continuum terre-mer. Des échantillons seront également être prélevés le long du forage pour une analyse de la granulométrie et de la micro-faune (Maria-Angela Bassetti).

Photo carotte sur forage DEMMER

Dans la publication de Nature Communications : 

Leblanc K., B. Quéguiner, F. Diaz, V. Cornet, M. Michel-Rodriguez, X. Durrieu de Madron, C. Bowler, S. Malviya, M. Thyssen, G. Grégori, M. Rembauville, O. Grosso, J. Poulain, C.de Vargas, M. Pujo-Pay, and P. Conan (2018) Nanoplanktonic diatoms are globally overlooked but play a role in spring blooms and carbon export. Nature Communications, 9:953. doi: 10.1038/s41467-018-03376-9

ont montré qu'existe des diatomées de taille pico- à nano-planctonique (<2 à 5 µm) capables de former des floraisons planctoniques importantes et de contribuer significativement à la biomasse produite malgré leur petite taille en lieu et place des diatomées coloniales de grande taille habituellement observées.

Capture 

Les diatomées Minidiscus comicus (gauche) et Minidiscus trioculatus (droite) identifiées en microscopie électronique à balayage. Barre d'échelle 1 µm.

Les diatomées sont l'un des principaux groupes de producteurs primaires des océans, responsables chaque année de ~ 20% du CO2 fixé par photosynthèse sur Terre. Dans les modèles biogéochimiques, elles sont généralement représentées comme appartenant au microphytoplancton de grande taille (> 20 μm), qui est la seule classe de taille reliée au cycle du silicium.

Cependant, de nombreuses diatomées font partie du nanophytoplancton (2-20 μm) et quelques genres chevauchent même la classe de taille picoplanctonique (<2 μm). En raison des difficultés à les détecter par les méthodes classiques d’observation et d’échantillonnage, celles-ci sont très mal caractérisées.

Le CEFREM a collaboré à une étude dirigée par l’Institut Méditerranéen d’Océanographie de marseille (MIO), qui a mis en évidence une floraison printanière massive de la plus petite diatomée connue (Minidiscus) dans le nord-ouest de la Méditerranée au cours du programme DEWEX (MERMEX).

L'analyse conjointe des données de métagénomique du programme TARA OCEANS, ainsi que la revue de la littérature, révèlent une présence significative de ces petites diatomées à l'échelle mondiale, largement sous-estimée jusqu’à présent.

Cette étude a également démontré grâce à des données de pièges à particules collectées en parallèle de DEWEX par le programme MOOSE que ces diatomées de très petites tailles (2-5 µm) peuvent atteindre une profondeur de 2400 m à des vitesses élevées sous forme d’agrégats. Ces résultats modulent la vision classique que seul le microphytoplancton soutient la production des niveaux trophiques secondaires et l’exportation de carbone vers les eaux profondes tandis ce que les cellules pico- et nanoplanctoniques non siliceuses alimentent la boucle microbienne.

Quelques ressources media suite au séminaire "erosion, climat, quel littoral pour demain" (http://www.parc-marin-golfe-lion.fr/2018-02-16-10-37-18.html) organisé par le Parc Marin et où le CEFREM était impliqué dans son comité de pilotage.

Plateau radio France bleu: https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite/roussillon/erosion-du-littoral-nicolas-robin-enseignant-chercheur-au-cefrem-universite-de-perpignan

Reportage JT France 3 Pays Catalan: https://www.youtube.com/watch?v=SR8-auKrf6k